Monoxyde de carbone : un tueur discret

20 septembre, 2015 | pas de commentaire.



Monoxyde de carbone : un tueur discret Qu’est-ce que c’est ? Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore et mortel. Il est d’autant plus dangereux que sa présence passe inaperçue. D’où vient-il ? Il provient de la combustion incomplète du charbon, du pétrole, du bois, du gaz naturel, du butane ou du propane, et aussi de la fumée de tabac. Il se dégage en quantité dangereuse quand des appareils de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnent dans une atmosphère confinée, appauvrie en oxygène. Sa présence dans un logement peut provenir : • d’un chauffe-eau non raccordé à un conduit d’évacuation des gaz brûlés ; • d’appareils de chauffage en mauvais état ou mal entretenus ; • d’un défaut d’aération (grilles bouchées) ou d’évacuation de gaz brûlés (conduit de fumée bouché). Comment prévenir le risque ?  Offrez suffisamment d’oxygène à vos appareils de chauffage et de production d’eau chaude en assurant une bonne ventilation de votre logement.  Faites entretenir régulièrement vos appareils de chauffage et vos conduits de fumée. N’oubliez pas : leur ramonage est obligatoire.  N’utilisez pas les appareils de chauffage mobiles d’appoint (à gaz ou à pétrole) de façon continue. ■ ■ ■ Les symptômes d’empoisonnement Le monoxyde de carbone se substitue à l’oxygène transporté par le sang. Savoir repérer les symptômes d’intoxication peut vous sauver la vie : • après un heure passée dans une atmosphère contenant 0,02 % de CO, apparition de maux de tête, puis de vertiges, vision floue, fatigue, nausées. À faire très vite : ouvrir les fenê- tres, quitter la pièce, prévenir les secours ; • ensuite, faiblesse des jambes, impossibilité de marcher, somnolence. Attention, à ce stade, on ne réagit déjà plus pour se tirer seul d’affaire ; • à des concentrations de 0,15 %, syncope ; • au delà, risque de décès. L’intoxication au monoxyde de carbone a été responsable de 300 morts et de 6 000 hospitalisations en 2001 en France.  Le bricolage, une pratique à risque ? Elle peut l’être, par les produits employés qui sont souvent dangereux, et par les poussières qu’elle produit (ponçage, etc.). Une solution : travailler dans un local bien aéré, porter un masque protecteur lors de certains travaux, aérer longtemps après des travaux de peinture, privilégier les produits les moins toxiques possibles. Le tabagisme, actif ou passif C’est la première source de pollution dans l’habitat. Plus de 3000 substances ont été identifiées dans la fumée de tabac, dont la nicotine, responsable de l’accoutumance, les goudrons, responsables des cancers et le monoxyde de carbone. La fumée de tabac favorise l’apparition de maladies cardiovasculaires, de l’asthme (dont elle augmente la fréquence et la gravité des crises) et d’autres maladies respiratoires chez les fumeurs et dans leur entourage. Biocontaminants, polluants chimiques